On s’retrouve encore face à face

Toi, moi et cet ennui tenace

On se retrouve encore en surface

Toi, moi et tout ce qui nous lie

Il faut bien voir les choses en face

On est vraiment dans de sales draps

Il ne faut pas s’voiler la face

Je n’ai jamais tenu en place

Ce soir c’est rouge, impair et passe

 

On joue au chat et au sourire

On ne prend plus le temps de lire

Alors on joue à qui perd gagne

On n’a jamais aimé l’champagne

Et tu as beau en faire tonnes

Il n’y a plus rien qui m’étonne

Et tu as beau en faire des tonnes

Je te pardonne une fois encore

C’est surement la faute de l’automne

 

Et chaque nuit l’envie nous fuit

La nostalgie perfide et vile

Mouille tes grands yeux vicieux

Et on se pose des tas d’questions

N’devait-on pas faire un enfant

Et surtout gagner plein d’argent

Mais on ne se fait même plus mal

Alors on regarde la télévision

Et tourner tourner les poissons

 

Mais tout cela n’est pas très grave

C’est juste cette foutue vie qui file

C’est pas coton mais parfois bon

Oui c’est injuste cette vie qui brûle

C’est pas foutu pourvu qu’ça dure

 

Non tout cela n’est pas sérieux

C’est juste la vie qui griffe encore

Et qui fait trembler les jeunes filles

Juste la vie qui pleure sur son sort

Et fait morfler les garçons sages

 

C’est notre histoire humide et vaine

Mais c’est la vie qu’on a voulu

Oui c’est l’envie avide et pleine

Mais on a fait tout c’qu’on a pu

 

Tes yeux tristes là sur l’horizon

Les cieux gris qui pleurent sans raison

Jamais vraiment à l’unisson

 

C’est comme dans une chanson d’Rémi Parson

C’est comme dans une chanson d’Rémi Parson

Dans une chanson d’Rémi Parson


© Matthieu Dufour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *