même quand

de TROP

les mots se parent

de ces dorures

ces oripeaux

 

il ne faut pas

cesser de BATTRE

la page

de la FRAPPER

 

même si

                                                                                                ailleurs

mes mots s    ’           é          g          a          r          e          n          t

à l’ombre de

son corps absent

 

je dois encore

marcher GIFLER

les                                                blancs

les Empreinter

 

même quand

demain

les mots se v i  d   e    n     t

de son sang vain

du poison cru

 

la vie réclame

la voix les sons

mes boucles

la démesure

 

même si

je meurs

que des pierres tombent

à la renverse

il faut debout

mes mots tenir

à bout de doigts

au bout du s  o  u  f  f  l  e

pour pouvoir dire

la force IMMENSE

de son âme

é c  h   a    p     p      é       e

 

© Matthieu Dufour


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :