Voyages intérieurs et exils incertains, exodes lointains et retours sur terre, parcours de combattants et routes pavées de soie : les chimères ont parcouru du chemin avant de parvenir à leur fin. La vie avait décidé de les choyer, la mort de les frôler : leur peau tannée témoigne des rudes combats qu’elles ont dû mener jusqu’à leur mue. Ces rimes pauvres et ces strophes atrophiées sont leurs mots de haine et d’amour, leurs chants d’envie et de colère, un appel au secours, une déclaration d’amour, un hymne à la joie, en vers et tout contre nous. La mélodie de la mélancolie.