Il y a ce type

Dans le métro

Qui parle trop

Qui parle encore

Qui parle toujours

Je ferme les yeux

Et je me rêve

En tortionnaire

Des temps modernes

En Aussaresses 3.0

Dans une rame vide

En pleine ivresse

Je ferais bien

Couler le sang

Avec amour

De ce connard

Bavard content

Et arrogant

 

 

Il y a cette femme

Là dans la rue

Qui pue la chance

Qui pue l’argent

Qui pue tout court

Je serre les poings

Et je me vois

En justicier

Des jours nouveaux

En Pat Batman

Là dans la rue

Les mains gantées

J’ouvrirais bien

Avec délice

Les entrailles molles

De cette idiote

Devant l’école

De ses enfants

 

Il y a ces gens

Là au bureau

Là dans la vie

Là dans l’métro

Il y a ces gens

Ces impuissants

Ces impétrants

Qui nous assomment

Je ronge mon frein

Et j’imagine

Une lame collée

Contre leurs reins

Mon poing rageur

Face à leurs peurs

Dans la cafète

J’étriperais bien

Ces fortes têtes

Et leurs conquêtes

 

Avant pourtant

J’aimais les gens

Avant pourtant

Je rêvais fort

De strass et de conquêtes

De gloire et de dollars

 

Il y a longtemps

J’voyais la vie

En grand et en paillettes

L’avoir et le pouvoir

 

Mais tous les jours

Dans l’open space

Comme ces junkies

Je cherche aussi

Ma dose d’amour

Et de caresses

 

Mais maintenant

Dans l’open space

Comme tous les autres

Je serre les fesses

 

Comme tous les autres

Je serre les fesses


© Matthieu Dufour

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :