l’haleine givrée des remords

la musique nue de l’amer 

et le goût cru de l’éther

          au bout de la nuit éteinte

voilà déjà l’hiver

et les voeux d’hier

six pieds sous terre

          au bord d’un jour sans tain

voilà encore le fer

son indicible froideur

et sa torpeur révolue

           et là

au cœur du cratère

          le silence écrasé des chimères


© Matthieu Dufour


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :